Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rechercher

Archives

27 novembre 2008 4 27 /11 /novembre /2008 09:38

Naguère, on nous gavait de symboles religieux à tous les coins de rue (1), et maintenant c’est la pub commerciale ! La notion de pollution du paysage fait son chemin et la pub est désormais interdite en certains lieux. Vaste opération de nettoyage car il y a vraiment à faire.

(1) Nos voisins espagnols – avec un temps de retard sur la France – sont en train de demander, auprès de leurs tribunaux de justice, que les crucifix soient (enfin) retirés des écoles publiques. Voir l’article publié par le journal La Croix 

 

Trop de papiers commerciaux qui nécessitent l’abattage de forêts, trop de pub agressives qui choquent les mœurs – parce qu’elles sont sexistes, machistes (par exemple cette affiche de Dolce & Cabbana qui a été interdite en Italie et en Espagne car elle mimait un viol collectif), volontairement ambiguës (comme l’utilisation de jeunes adolescentes dont l’âge est tout juste au-dessus de l’âge légal pour présenter petits soutiens gorge et petites culottes sexy), choquantes pour nombre de nos minorités culturelles et/ou religieuses (à qui on reproche pourtant leur non intégration à notre modernité !).

 

 

On critique les sectes – et à juste raison – pour leurs pratiques manipulatrices et enfermantes, mais ce sont des enfants de chœur par rapport aux publicitaires qui pratiquent le mensonge, le matraquage, la séduction, l’omniprésence (Dieu est lui-même dépassé dans ce sport !), l’achat de complices grâce à leur énorme fric, la diffusion de produits toxiques (tabac, alcools, boissons énergisantes, etc.), etc.  Les jeunes loups de la publicité, pleins d'imagination et d'ambition, s'en donnent à coeur joie : ils ont carte blanche et ne sont guère stoppés dans leurs élans par les instances (plutôt  "molles") chargées de contrôler leur secteur d'activité.

 

Cette publicité est liée au gros capitalisme : adieu aux petites marques qui n’ont pas de budget suffisant pour financer des campagnes, et adieu donc aux petites entreprises ; c’est tout un tissu d’entreprises indépendantes qui fout le camps. Bien entendu, ces frais de pub se répercutent sur les prix et, en définitive, c’est le client qui paient. Par contre, il y a peu d’espaces où les producteurs peuvent présenter leurs nouveaux produits en toute objectivité et avec l’avis de spécialistes indépendants.

 

Pour quelques affiches bien faites, esthétiques, pertinentes, humoristiques ; nous subissons une invasion d’images, de formules, de clignotants, de propositions plus que douteuses, etc.

 

Paradoxalement, au sein de la Gauche française, qui se veut pourtant contre le libéralisme économique, nul n’élève la voix pour dénoncer un tel système pourtant bel et bien lié au grand capitalisme. La pub commerciale est entrée dans notre paysage audiovisuel. Même la " Nouvelle Gauche anti-capitalise " ne dit rien sur le sujet. Tout au contraire, " on " se montre plus disert sur le projet de suppression de la pub sur les chaînes publiques de télévision et on s’y oppose avec l’énergie du désespoir (au nom de la liberté de penser et de s’exprimer ?). Eh oui, la pub commerciale, çà apporte du fric à certains endroits ... même si cela participe à la hausse du prix des produits que les braves consommateurs subissent.

 

 dessin de Yann Le Breton, yann_LeBreton_pub

 

Devons nous être ainsi esclaves d’un bourrage de crâne à tous les coins de rue et à notre domicile sur notre petite lucarne. On nous dit que les gens (même nos enfants) sont habitués, qu’ils n’y prêtent plus attention (mais alors pourquoi donc la pub si elle n’était pas d’une efficacité redoutable ?), que cela ajoute de la couleur, que c’est rigolo, etc. Dans ce bourrage de crâne notre capitalisme moderne fait assurément beaucoup mieux que les religions d’antan.

 

 dessin de Mix

C’est pas que les unitariens veuillent contredire en tout point leurs braves compatriotes, c'est pas qu'ils soient des anars, mais ils tiennent à leur liberté de penser et n’adhèrent pas aux dogmes, y compris à ceux d’aujourd’hui, sociétaux, qu’on nous présente comme admis, évidents, entrés dans nos mœurs, bcbg, politiquement correct, religieusement permis, etc.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles RÉCents