Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rechercher

Archives

19 novembre 2009 4 19 /11 /novembre /2009 19:15

Lorsque les fidèles d’une même confession sont assez nombreux pour former un groupe de proximité, résidant dans un même quartier, dans une même commune, dans une même agglomération, ils sont bien entendus heureux de célébrer le culte ensemble.

Mais, avec la déchristianisation qui raréfie les croyants et les militants et aussi l’individuation des croyances et des opinions qui pousse certains à vivre à l’écart des communautés de base de leur propre religion (par exemple chez les catholiques contestataires qui n’apprécient pas l’attitude de leur hiérarchie ou encore chez des musulmans qui préfèrent se tenir à l’écart de prêches intégristes, et bien sûr pour les hérétiques de tout poil qui décrochent pour des raisons de croyance, de dogme ou de doctrine), les fidèles isolés seront de plus en plus nombreux. Il leur restera alors la possibilité de se relier à distance grâce au téléphone, aux SMS et à l’Internet.

Jusqu’à quand dureront nos paroisses ? Est-ce la fin des assemblées de proximité ?

Du fait de leur faible effectif en France (environ 200) et du caractère récent de leur mouvement, sans l’appui de paroisses historiques (celles-ci existent mais en Transylvanie, en Hongrie, en Grande-Bretagne, aux Etats-Unis et au Canada), les unitariens français se trouvent déjà dans cette situation ; d’où l’intérêt de leurs efforts pour s’organiser en conséquence, avec des associations nationales loi 1901, une instance de coordination nationale, un forum, un réseau et une Eglise (en l’occurrence une église linguistique sur la Toile, l’Eglise unitarienne francophone EUfr, lien). Et finalement, çà marche !  Dieu merci !

C’est là en quelque sorte un rôle de prototype ; une Eglise alternative ; une esquisse du futur qui vaudra pour de nombreuses autres mouvances religieuses ...


Ceci dit, la vie en réseau s’adresse plutôt à des internautes qui disposent d’une messagerie électronique pour recevoir des bulletins, des documents et des messages d’information, pour naviguer sur les sites de leur mouvance. Une fracture numérique s’instaure manifestement entre ceux qui s’y mettent et d’autres qui en restent au courrier postal et au téléphone.

Demain, le fidèle sera beaucoup plus actif, désireux de rencontrer d’autres personnes afin de partager sa foi, de faire action commune, plus ingénieux pour s’organiser, à la fois producteur de textes et émetteur de messages et consommateur de ceux des autres. Un fidèle décléricalisé !

Et puis heureux de rencontres ponctuelles, occasionnelles, et de grands rassemblements festifs, il ne rechignera plus à faire des kilomètres lors des rendez-vous importants. Un fidèle sans doute très différent dans son attitude du fidèle régulier et dévot d’aujourd’hui, quelque peu routinier.


Oui, Internet, ouvre à un autre type de sociabilité : de chez nous au monde entier !

Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles Récents