Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rechercher

Archives

11 mars 2010 4 11 /03 /mars /2010 12:09
Dans nos Actualités unitariennes du jeudi 18 janvier 2010, nous avions déjà fait part du programme pour les vacances de Pâques : « Marcel Légaut : ses amis font colloque pour le 20ème anniversaire de sa mort » (lien). Nous continuons ici avec le programme d'été à la demande de Jacques Musset.

Vie spirituelle et modernité :
Les rencontres de Mirmande organisées par l’Association Culturelle Marcel Légaut

programme d’été 2010

Au milieu des collines qui surplombent la vallée du Rhône, entre Valence et Montélimar, Mirmande, un village classé parmi les plus beaux de France. En bordure du village, une grande maison, simple et fraternelle : la Magnanerie, achetée et rénovée en 1967 par Marcel Légaut et ses amis. Elle est aujourd’hui siège social de l’Association Culturelle Marcel Légaut. Là se tiennent chaque année, après Pâques puis tout l’été, des rencontres consacrées à une recherche spirituelle libre et exigeante, aux échanges, au recueillement et à la vie communautaire.

Mirmande_Drome.jpg

A l’origine de la Magnanerie, un homme et une communauté. Marcel Légaut  (1900-1990) universitaire et mathématicien ... En 1940, l’épreuve de la guerre, s’ajoutant à plus de quinze années de recherche spirituelle exigeante vécues en communauté de laïcs, provoque en lui une révision radicale : il quitte l’existence protégée de l’universitaire et mène avec sa famille l’existence difficile de paysans montagnards dans une ferme du Haut-Diois : les Granges de Lesches. Pendant les vacances scolaires, s’organisent dans le hameau rénové des activités de réflexion spirituelle, dans la détente, l’amitié et le recueillement, jusqu’au départ pour la Magnanerie. En 1967, dans l’ancienne magnanerie de Mirmande, qu’ils achètent et restaurent, Marcel Légaut et ses amis décident d’y tenir désormais leurs activités et d’y animer un centre prolongeant et remplaçant celui des Granges.

La Magnanerie est aujourd’hui ouverte à toute personne et tout groupe qui désire mener une recherche libre, sans à priori dogmatique, sur les questions essentielles, comme celles qui concernent la vie spirituelle, le développement de la personne et sa quête de sens, dans le contexte mouvant d’aujourd’hui.


« Créer, c’est rendre possible ce qui n’existe pas encore aujourd’hui,
sans quoi même ce qui existe aujourd’hui n’existera plus demain. ».
Marcel Légaut

mirmande_plan.jpg28 juin-4 juillet, Relire et écrire ma vie, avec  Étienne Godinot - Relire ma vie, « exercice » essentiel dans la démarche spirituelle de Marcel Légaut : regarder un événement, une décision, un secteur, une période ou l’ensemble de ma vie, resituer, interpréter, m’approprier. L’écrit est le moyen de cette relecture : mise en forme, distanciation, structuration. Chaque journée comportera deux ateliers d’écriture de 2 h ½  (écriture en silence sur un thème, lecture au groupe, réactions) dans un climat de liberté, de bienveillance et de confidentialité.
Supports du stage :
Ecrire ma vie, 80 exercices à faire chez soi ou en atelier d’écriture. Etienne Godinot, Chronique sociale, 2009, 13,90 € (www.ecriremavie.com)
Les chemins de la naissance à soi-même, Jacques Musset, Karthala, 2007, 18€ €
Inscription : Etienne Godinot,  4rue Joseph Brossard, 01 000 Bourg-en-Bresse, tél. 04 74 21 27 33


4 – 10 juillet, Sulivan, maître spirituel (en suivant « Ligne de crête ») avec Dominique Salin - Au Centre Sèvres, chaque année, le jésuite Dominique Salin aime commencer sa présentation des maîtres spirituels par Jean Sulivan. C'est que lui, Sulivan, n'a cessé de rechercher pour lui-même et pour chacun, le ton de liberté et d'humilité vraie d'une vie chrétienne délivrée. « Ligne de crête », écrit en 1960, est un écrit de moraliste et de spirituel qui invite chacun à « passer sur l'autre rive ». Il peut agacer parfois, il en appelle à nos vies. En alternant partages, lectures communes, et interventions préparées, il sera recherché une lecture en profondeur, éclairée par des exemples, de ce que peut être aujourd'hui un « maître spirituel » à la manière de Sulivan. L'expression elle-même interroge. Inscription : M. Jeannes, 72, rte du Château de Beauregard, 44 600 St Nazaire, tél. 02 40 22 43 41

11 – 17 juillet, Epouser son existence, avec Jacques Musset - L’expression est de Marcel Légaut dans «Prières d’homme». Elle résume en trois mots son incessante recherche qui devrait être l’ambition de chaque être humain. L’objectif de la semaine est que chacun puisse se dire à lui-même où il en est personnellement dans cette aventure intérieure. Il est aussi de pouvoir partager avec d’autres son chemin  singulier d’humanisation. « Solitaires parmi des solitaires, mais sur le chemin de l’unité ». Pour ce faire, nous nous inspirerons de la longue prière de Légaut : « Infimes et éphémères, mais nécessaires… » et de textes significatifs de son œuvre sur le sujet. Au cœur de la journée, nous bénéficierons de quelques heures de recueillement. Inscription : Jacques Musset 12, rue du Ballon, 44 680 Ste Pazanne 02 40 02 49 15

18 –24 juillet, L’être humain dans tous ses états, avec Bernard Lamy et Jean Millet - A partir de ce qui nous constitue, corps, psychisme et âme, nous spécifierons ce qui nous rend pleinement humains. Au travers de pratiques, lectures, exposés, échanges, nous aurons à cœur de stimuler notre liberté, et d’ouvrir un chemin de transformation pour consentir à ce que nous sommes. « Aider réellement l’homme signifie le réenraciner dans son sol essentiel ». (Graf Dürckeim). B. Lamy témoignera de notre dimension spirituelle et proposera l’exercice de l’assise silencieuse. J. Millet, ancien psychothérapeute, aidera à repérer comment nous construisons notre vie émotionnelle et relationnelle. Inscription : Bernard Lamy, 5, rue St Christophe, 25 770 Serre-les- Sapins, tél. 03 81 59 02 11

25 – 31 juillet, Comprendre le monde et l’Eglise d’où nous venons, avec Xavier Huot et Dominique Lerch - X. Huot présentera un travail sur « Marcel  Légaut et l’Eglise ». D. Lerch, outre l’étude du 17ème s. et de la floraison de l’école française de spiritualité, s’attachera à explorer la question de Pie XII et le nazisme, la béatification probable de ce pape posant des questions graves en l’absence d’ouverture des archives. Inscription : Dominique Lerch, 10 allée Nicéphore Niepce, 94 300 Vincennes, tél. 01 43 65 47 16
Lectures :
Blet Pierre s.j. : Pie XII et la seconde guerre mondiale (Perrin)
Wolf Hubert, le pape et le diable. Pie XII, le Vatican et Hitler (CNRS éditions)
Passeleccq Georges, Sucheky : L’encyclique cachée de Pie XI . Une occasion manquée de l’Eglise face à l’antisémitisme (La Découverte)


1er – 10 août, La foi : ouverture créatrice du monde et de soi, avec Patrick Valdenaire et M. Th. Weisse - St Anselme enseigne que la foi a rapport au « plus grand que ce qui peut être pensé ». La foi serait donc cette pensée qui, quand elle pense, autrement dit passe à l’acte, pense plus que ce qu’elle peut penser. De son côté, Matisse écrit que « lorsque l’artiste a produit quelque chose de bien, il s’est involontairement surpassé et ne se comprend plus ». La pensée charnelle de l’art partage avec la foi incarnée le même excès de la pensée sur elle-même. C’est ce partage que nous souhaiterions mettre au travail cette année. Renseignements et inscription : P. Valdenaire 58, rue de Landrecies 59360 Le Cateau, tél. 03 27 84 80 34

11 - 18 août, Solitude et itinéraires spirituels : peut-on témoigner de l’indicible ? avec Th. de Scott, F. Servigne, D. Arnaud - Expérience humaine éprouvée parfois tôt dans l’existence, la solitude fondamentale est source de vie spirituelle. Assumée, elle en devient un fruit, au point de devenir aussi chemin de communion dans nos relations humaines, même les plus intenses. Comment cela peut-il se faire et à quel prix? Pour explorer ce thème essentiel, nous serons invités à des partages de lecture et de vie ; nous approfondirons chaque jour certains textes de Marcel Légaut, tirés de « Méditations d’un chrétien du 20ème siècle ». Ce livre est disponible sur place. Inscription : Thérèse de Scott, Rue des Carillonnneurs 10, B.1348 Louvain-la –Neuve  tél. 010 45 39 15

19 – 27 août, Devenir disciple de Jésus selon Marcel Légaut, avec Antoine Girin et Renée Collet - Devenir disciple de Jésus  nécessite de passer de chrétien de croyance à disciple de foi. A partir des écrits de Marcel Légaut (chap. 5 et 6 de « Mutation de l’Eglise et conversion personnelle » ), mais aussi d’autres spirituels, nous rechercherons ce que peut signifier avoir foi. Notre expérience, nos références, guideront notre recherche du disciple qui, avec une vigoureuse indépendance, se sent appelé à continuer la mission de Jésus… Thierry Magnin et Jean Vidaud apporteront leur témoignage. En après-midi et soirée, sera présentée une ouverture à différents auteur et engagements selon les propositions ou attentes des participants. Inscription : Antoine Girin,  12, rue du Vieux Château – 42 390 Villars, tél. 04 77 93 47 24

27 – 31 août, Histoire des groupes Légaut, avec Xavier Huot et Dominique Lech - Rappel de la documentation existante, grâce au travail de Xavier Huot. Etude sur Jean Coeurdevey (passeur pour Légaut à St Cloud), sur André Glossinde et Jean Haumesser, à partir des archives nationales, de leurs publication et témoignage. Antoine Girin nous éclairera sur Quelques Nouvelles. Toute autre proposition de témoignages, d’archives ou de photographies est la bienvenue. Inscription : D. Lerch  10, allée Nicéphore Niepce – 94300 Vincennes, tél. 01 43 65 47 16

8 – 14 septembre, Guérison et/ou salut ? avec Dominique Arnaud - Tous les discours actuels sur la fin du monde ne sont-ils pas l’expression de la nécessité d’être sauvé, dans une société déchristianisée où la recherche de la guérison est passée au premier plan ayant peu à peu évacué celle du salut ? On ne guérit pourtant pas de sa condition humaine, de ce qu’elle comporte de vulnérabilité, de blessures incontournables. Nous chercherons ensemble pourquoi et comment différencier voie de salut et voie de guérison dans l’accomplissement de nos vies. Inscription : Dominique-Hélène  Arnaud, Côte chaude, 26 270 Mirmande 04 75  56 19 92

15 – 22 septembre, Qu'est-ce qui vous fait mieux vivre et comment le communiquer ? Avec le groupe «Jésus simplement». Pour poursuivre notre dernière session " Vivre jusqu'à ce que mort s'ensuive " nous souhaitons que nos prochaines retrouvailles soient essentiellement un échange profond sur ce qui nous fait vivre, sur ce qui, au cours de la présente année, aura aidé chacun d'entre nous dans sa propre spiritualité, parole entendue, lecture, exemple de vie, expérience vécue. Ces sources , choix personnel de chacun sur lequel il pourra s'exprimer, induiront une méditation sur «  Comment et à quel endroit suis-je touché et bougé par ce que j'ai rencontré ? ». Inscription : Bruno Ploix, 93, rue de Rennes – 75006 Paris, tél. 01 42 22 72 01

26 septembre – 1er octobre, Jésus, ferment de l’homme, avec Jacques Musset - C’est l’une des appellations donnée à Jésus par Marcel Légaut dans l’une de ses prières. Elle résume ce que fut Jésus pour lui, ce qu’il peut être pour tout homme qui  ressent en lui l’exigence de vivre vrai et de penser juste. Jésus est ferment par la manière dont il a conduit son existence avec authenticité et fidélité, par l’engagement de sa vie au service de la dignité de l’homme, par sa disponibilité aux appels qui montaient en lui, issue d’une Source intime, par sa liberté intérieure assumant ses choix risqués jusqu’à la mort. Nous nous référerons à des textes de Légaut et aux évangiles. Nous nous interrogerons : quelle résonance en nous ? Inscription : Jacques Musset, 12, rue du Ballon  44 680 Ste Pazanne, tél. 02 40 02 49 15

Comment se rendre à Mirmande ?

Mirmande est situé entre Valence et Montélimar.
Par le train : Au départ des gares SNCF de Valence-Ville et de Montélimar, un service de car dessert la localité de Saulce-sur-Rhône, à 3 km de Mirmande. A Saulce, il y a la possibilité d’obtenir un taxi : M. Frey (04 75 63 00 38). On peut également appeler la Magnanerie ( 04 75 63 10 83 ). Si une voiture est disponible, on viendra vous chercher.
Par la route : A la sortie de Saulce – sur - Rhône, en direction du sud, prendre sur la gauche la route de Mirmande. Ne pas s’engager dans le village de Mirmande. Suivre les pancartes. La Magnanerie est située sur le côté nord-est du village.

Informations pratiques

Prix de la journée
Il s’élève à 32 € ( 27 € à partir du 11ème jour). Apporter si possible vos draps et serviettes (sinon + 6 €). Gratuité pour enfants jusqu’à 8 ans. 17 €  de 8 à 15 ans et étudiants.En cas de difficultés financières, en parler avec le/la responsable du séjour.
Commencement du séjour : La rencontre commence à 19 heures du premier jour indiqué, avec le dîner. Il vaut mieux arriver plus tôt pour s’installer.
Cotisation à l'Association
Prévoir en plus pour ceux qui ne sont pas déjà adhérents, le règlement de la cotisation à L’Association Culturelle Marcel Légaut laquelle est tenue de respecter la réglementation des ERP (établissements recevant du public) de 5ème catégorie et la loi de 1901 qui demande à chaque résident de régler la cotisation annuelle qui est de 22€ (32€ pour un couple).
Site internet Marcel Légaut
(lien)
Partager cet article
Repost0
21 février 2010 7 21 /02 /février /2010 06:56

jesus criseIl y avait Le Dernier des Mohicans, il y aura maintenant les "Derniers catholiques de Belgique". C'est le grand journal bruxellois, Le Soir, qui sonne ainsi le glas. Est-ce prématuré ? L'avenir le dira. L'humour journalistique aidant, c'est  un Jésus-Christ qui est dorénavant Jésus-Crise ! Mais c'est plutôt l'institution qui se meurt ... Jésus, on continue à l'aimer !

Ce quotidien  publie, dès ce samedi 20 février, un hors-série de 80 pages qui reprend l'intégralité de son enquête sur les catholiques de Belgique (plus d'autres articles). On y trouve, notamment, les résultats de leur sondage, leurs analyses, les reportages, les témoignages recueillis, leur "top" des catholiques influents, les entretiens avec Jean-Michel Javaux, le cardinal Danneels, l'archevêque Léonard, Odon Vallet ...


En Belgique, il est disponible en librairie pour 4,99 euros (ou 4,49 euros, avec le bon de réduction découpable dans "Le Soir"). Il est aussi disponible dans la boutique en ligne du "Soir".

 

Information transmise à la Correspondance unitarienne par Philippe de Briey (Louvain-la-Neuve, Belgique).

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 12:54
marcel legaut bergerA partir de l’œuvre de Marcel Légaut (1900-1990), ses « amis » continuent à faire connaître ses idées grâce à un bulletin mensuel  *, plusieurs groupes locaux en France, un à Bruxelles et de nombreux correspondants dans divers pays, de très nombreuses sessions, retraites, conférences, et un site qui vient de se moderniser.
* Quelques Nouvelles : le bulletin de février en est le 230ème numéro ; ce bulletin est envoyé gratuitement par voie électronique ; Il est publié par Antoine Girin (courriel).

L’Association culturelle des Amis de Marcel Légaut (ACML) organise à Pâques 2010 une importante rencontre sur le thème « Pour re-susciter sa voix et celle d’autres grands témoins… pour inventer notre avenir »

Elle se déroulera à la Magnanerie (dans la Drôme) du mardi 6 avril à 19h au vendredi 9 à 19h, avec les contributions suivantes :
Actualité de la démarche spirituelle de Marcel Légaut par Jacques Musset
Rencontre et vie spirituelle selon Marcel Légaut par Guy Lecomte
L’approche du mystère de Dieu selon Marcel Légaut par Bernard Lamy
Lucien Laberthonnière : une pensée novatrice, du personnalisme à la métaphysique de la charité, par Joseph Thomas
Marcel Légaut, l’abbé Gaudefroy, l’abbé Breuil, le Père Teilhard à travers leur correspondance, par Dominique Lerch
Inscription : Françoise Servigne, tél. 01 60 68 91 49, courriel 

L'assemblée Générale de l'ACML aura lieu dans la foulée, le samedi 10 avril à partir de 9h30.

Un CD, reprenant la cassette de Marcel Légaut Spiritualité n° 3-Prières Méditation (avec fond de musique d'orgue) sera en vente dès les journées de Pâques au prix de 10 € l'unité

Cette mouvance est un très bon exemple du catholicisme libéral et non dogmatique qui s'est développé depuis la fin du XXème siècle et qui est très proche de l'unitarisme dans la mesure où il insiste sur l'humanité de Jésus, et ne parle que très occasionnellement, sinon plus du tout de sa dimension divine ! Bef un quasi unitarisme non-dit, de fait. Au sein de cette mouvance, le petit réseau, Jésus simplement, est encore plus explicite et rejette la divinité de Jésus.

L'Association culturelle des Amis de Marcel Légaut est avec les chrétiens unitariens (l'Association fraternelle des chrétiens unitariens AFCU) au sein de la Fédération des réseaux des parvis (laquelle est un réseau regroupant une cinquantaine de mouvements et associations catholiques, une protestante - Théolib - et une unitarienne - l'AFCU).

Partager cet article
Repost0
21 août 2009 5 21 /08 /août /2009 11:59

En anglais, le terme ''freak'' désigne les personnes au look extravagant ou marginal, tels que hippies, punks, rastas, goths, etc.  La vie nomade et artistique y est valorisée. On aime se distinguer, par son accoutrement et sa bohème, de la vie " bourgeoise ", de la routine d’une société bien huilée, mais trop sédentarisée. On est volontiers bruyants, dérangeants des habitudes admises, mais sans que cela aille toutefois à l’agressivité des autres et à la lutte de classe. En cela, cette mouvance est radicalement distincte de certains milieux anarchistes fortement politisés toujours prêts à en découdre.

Le mouvement se présente comme "alternatif" et regroupe des "passionnés" de Jésus. Il est de style charismatique, l’alternativité touchant les formes d’expression et non les croyances elle mêmes. C’est un Jésus Fils de Dieu et qui sauve, providentiel et rédempteur, qui nous est présenté, même s’il prends volontiers une allure à la Che Guevara (voir l’affiche du Tchaap dans nos Etudes unitariennes). 

" En tant que JESUS FREAKS, nous sommes sûrs que malgré les croisades, les bûchers et leurs sorcières, les cultes et messes ultra-chiants, les télé-évangélistes avides de fric et tous les chichis pseudo-religieux, il y a quelque chose de vrai et fantastique derrière le nom "Jésus" !

Pour être honnêtes nous croyons même qu'il n'y a rien de mieux sur terre que de vivre avec Jésus. Rien à voir avec la Religion ou de quelconques sagesses et règles de vie. Il s'agit d'une relation personnelle avec Le Créateur de l'Univers. Dieu a envoyé Son Fils Jésus sur terre. Il est mort crucifié à cause de notre merde, puis est ressuscité. Il est Le Seul à pouvoir aujourd'hui faire sauter les murs érigés entre nous et Dieu.
Jésus est l'accès à Dieu.

Nous savons que la Bible contient des mots d'une puissance révolutionnaire, et que ce qu'elle nous apprend sur la vie et sur Dieu est authentique. Dieu Lui-même se présente dans ce livre et dévoile les plans fabuleux qu'Il a pour l'Humanité et pour chaque individu.

Nous croyons qu'Il est particulièrement proche de ceux qui souffrent, de ceux qui ont faim, qui ont touché le fond, des paumé-e-s, des exclu-e-s et des personnes vivant en dehors des normes de la société. Nous voulons vivre comme Jésus a vécu. Que chacun-e vienne à Lui comme il/elle est, sans tenir compte de quelle classe sociale il/elle est issu-e.
Nous voulons faire connaître la puissance qu'il y a dans la Résurrection de Jésus ! "


Le mouvement ''Jesus Freaks'' débuta en Allemagne à Hambourg en 1991. En 1994, le mouvement comptait déjà plus de deux cents personnes et les groupes se multiplièrent en Allemagne, puis le mouvement s'internationalisa en se répandant en Suisse (où il est représenté par le forum "Cactus", le site suisse du mouvement et, pour les manifestations musicales, celui de "Eternel.ch") et en France où il est représenté par la Tribu chrétienne hétéroclite alternative autogérée de prière (Tchaap) - voir son site.

Un festival chrétien d'arts alternatifs se déroule chaque été au centre de l'Allemagne (à Gotha, à l'ouest d'Erfurt) " le Freakstock ". Une soixantaine de groupes musicaux y participent et ce festival a déjà accueilli plus de 8 000 personnes. Voir le site allemand du mouvement ou son site international. 


" A l'exemple de Jésus et de ses disciples nous voulons être un collectifs de " Jesus freaks " (alternatif-ves passionné-es de Jesus) qui vivent leur foi aux marges de notre société. Pour cela, nous renonçons à une vie conforme à notre société de consommation pour vivre dans la simplicité d'une vie de nomades. En effet, nous choisissons, comme mode d'habitation, des camions, des caravanes et des bus aménagés. Nous voulons être là où les gens sont : festivals, squats, éco-villages, espaces publics, petits travaux saisonniers… Comme Jésus, nous voulons être solidaires et à l'écoute des exclu-es, des exploité-es, des anonymes, des étranger-es et leur partager l'Evangile de libération. Nous voulons rejeter tout esprit sectaire et nous relier à l'ensemble des spiritualités chrétiennes en reconnaissant comme frères et sœurs tout catholique, protestant, évangélique, orthodoxe, " sans église ", en recherche de vérité ... qui aime Jésus et son Evangile."


affiche du Tchaap, dessinée par Alexandre Sokolovitch. Jésus en tenue de freak et les disciples marqués du signe de la Pentecôte ?

Le geste est joint au discours : vous êtes très cordialement invités à prendre un verre avec Marie et Alexandre Sokolovitch à la Ferme de la Chaux, à La Bussière sur Ouche, dans le département de la Côte d’Or, à l’ouest de Dijon (21360) ; contact.


Au delà du caractère sympathique de ce mouvement, c’est son aspect éminemment énergétique qu’il nous faut retenir.

Partager cet article
Repost0
20 août 2009 4 20 /08 /août /2009 10:00

Les diacres catholiques sont encore peu nombreux, mais c’est une élite assurément montante : 11 848 diacres européens (dont 2 169 Français), 23 256 Américains (dont 16 578 en Amérique du Nord), mais seulement 163 en Asie et 403 en Afrique ; soit un total de 35 942 diacres permanents du monde.

Tout comme les prêtres diocésains, ils sont ordonnés par l’évêque du lieu. Ils ont en charge le ministère de la parole, à savoir qu’ils peuvent lire l’Evangile et le commenter dans le cadre d’un sermon en bonne et dû forme, même en présence d'un prêtre officiant, et bien entendu lors des assemblées dominicales en l’absence de prêtres (adap). S’y ajoute un " ministère des pauvres " qui fait écho aux services des tables dont parlent les Actes des apôtres (6, 1-6) où le diaconat fut institué.

Mais au-delà des belles paroles généreusement fournies par la hiérarchie *, c’est le flou artistique  : s’agit-il des activités seulement internes à l’Eglise (catéchuménat, liturgie de la Parole, œuvres caritatives) ou bien d’un engagement " dans le monde ". Dans le second cas, c’est certainement fort généreux, mais la tâche devient alors immense ! Elle est en principe celle des laïcs envoyés en mission dans le monde à la fin de chaque messe.

* le cardinal Cláudio Hummes, préfet de la Congrégation pour le clergé et par ailleurs archevêque émérite de São Paulo, vient d’adresser ce 10 août une lettre " aux diacres permanents " ; mieux, il a écrit aussi aux familles ! – voir l’article dans La Croix de Frédéric Mounier, envoyé spécial permanent de ce quotidien à Rome. 

Quant au pape, il a déjà pris ses précautions en avertissant les diacres qu’ils ne devaient pas remplacer les prêtres dans leur rôle spécifique, à savoir la consécration des espèces. Sur ce point, les adap risquent de renforcer ce côté "distribution des hosties" que l’on peut reprocher à la messe catholique *

* du moins par ceux qui sont habitués au partage du pain et du vin dans le cadre de célébrations libres où l’eucharistie retrouve son véritable sens de repas ; voir notre article paru en novembre 2004 dans le n° 1 des Cahiers Michel Servet ", célébrer en liberté ".

Clinique protestante des diaconesses de Strasbourg

Choisis par leur évêques, les diacres et les autres agents pastoraux au service des paroisses ne sont pas des révolutionnaires, ni même des réformateurs, mais, du fait de la crise des vocations à la prêtrise (en grande partie à cause du célibat qui est imposé), ils seront amenés à plus de responsabilité. Assisterons-nous, avec cette promotion des laïcs au sein de l’Eglise catholique, à des changements significatifs ? ou bien, comme (parfois) au sein des conseils presbytéraux chez les protestants à une certaine tendance à devenir des notables locaux se contenant de leur statut ?

message du 21 août reçu de Xavier Martin-Prével

le diaconat permanent a été rétabli à cause de la crise des vocations (il y a plus de 40 ans déjà, au concile Vatican II), mais avec une très grande peur d'une partie du clergé qu'il ne devienne une prêtrise bis mais mariée ! Tout le flou vient de là.  La motion a été acceptée par plus de 90 % des membres du concile, mais parce qu'elle ne spécifiait pas expressément que les diacres pourraient être mariés ; elle laissait cette question pour une décision ultérieure personnelle du pape ! Sinon, les intentions de 'vote' auraient été trop partagées à 50/50.

Paul VI n'a pas traîné ensuite pour prendre cette décision ; peu avant sa mort d'ailleurs, il avouait que selon lui le prochain chantier urgent à ouvrir par son successeur était l'accès à la prêtrise pour les hommes mariés, mais qu'il n'avait pas eu le courage de s'y attaquer devant les montagnes qu'il aurait dû affronter.
Depuis, il semblerait que nous ayons eu des papes qui ne pensaient pas comme lui ... ou qui étaient encore moins courageux !

 

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2009 6 18 /07 /juillet /2009 18:46

Le Centre Ephata de Cornouaille, à Quimper, est une association loi 1901 qui organise, depuis plusieurs années, des stages-rencontres spirituels. Ephata signifie "Ouvre-toi !". Cette invitation à l'ouverture se fait avec l'aide des sciences humaines et à partir des traditions spirituelles qui font partie du patrimoine de notre Humanité.

Du mercredi 9 (19h) au jeudi 17 septembre (13h), Ephata organise un stage rencontre à Mirmande (entre Valence et Montélimar), village classé dans la Drôme provençale, dans le cadre des  "Rencontres de la Magnanerie" organisés par l'Association culturelle Marcel Légaut (
lien), et sur le thème " Devenir soi… pour s’ouvrir à l’autre. Les étapes du changement : passer du subir au devenir. Petit homme infi(r)me en chemin vers l’immense ".

Pour information et contact, voir
le site du Centre Ephata de Cornouaille

Ce centre est animé par Françoise et Jacques Richard. Il fait appel aussi à des intervenants extérieurs comme Bernard Feuillet, Bernard Ginisty, Jean-Yves Leloup, Jacques Musset,  André Comte- Sponville, etc.

L'itinéraire spirituel et professionnel de Jacques Richard

"Au sortir d’une enfance maladive, Jacques rencontre, étudie et pratique le yoga, le bouddhisme, la psychologie des profondeurs, trans-personnelle, tout en exerçant le métier de berger. Il suit plusieurs années les enseignements tibétains, tout en se nourrissant de philosophie orientale et occidentale. Son chemin le conduit vers des rencontres humaines essentielles, signifiantes pour sa " guérison " personnelle, son devenir professionnel.

A 30 ans, il suit une formation de psychothérapeute, puis de sophrologue, et crée en 1991 le " Centre de sophrologie de Cornouaille ". Animateur yoga durant 8 années, il poursuit son chemin par une formation d’éducateur, puis de formateur d’adultes à l’université, entre sciences humaines et sociales. Il conclut par une Licence en sciences de l’éducation, et une formation universitaire " Management / Gestion des organisations ".

Ces dix dernières années, il a exercé plusieurs métiers au cœur de la relation d’aide, de l’accompagnement, du service, de l’encadrement : conseiller en insertion professionnelle, directeur d’association, assistant funéraire, animateur.

Nourri de lecture, écriture, musique, il se définit comme un " chercheur en action ", un témoin réconcilié avec sa tradition ; un " apprenant perpétuel ", à la croisée du physique, du psychologique et du spirituel, où corps… âme… esprit sont intimement liés. Ni dogmatisme, ni vérité, ni moralisme : seuls, l’expérience, le vécu sont formateurs, trans-formateurs. C’est ce à quoi il vous invite lors de ces ateliers." (lu sur le site du Centre Ephata Cornouaille)

La présence de Jacques pour " EPHATA " est bénévole. Il est signataire de la Charte " Accompagner par l’éthique ",
lien

Partager cet article
Repost0
14 juin 2009 7 14 /06 /juin /2009 09:52

Depuis le 12 mars 2009, Témoignage chrétien (TC), qui se présente désormais comme promouvant la "résistance spirituelle", a considérablement élargi son réseau commercial. Vous le trouverez désormais dans de nombreux bureaux de tabac et librairies. En voir la liste sur son site, lien.

Témoignage chrétien a été fondé en 1941 par des chrétiens engagés dans la résistance au nazisme.

Partager cet article
Repost0
24 mars 2009 2 24 /03 /mars /2009 11:36

Nous avons tous été impressionnés par le succès de nos amis Franciscains avec leur initiative des Cercles du silence lien qui ont été fortement fédérateurs localement. Il faudrait y ajouter - moins anecdotique qu'on pourrait le penser - les rencontres occasionnelles suscitées ici et là et, quant à elles d’une façon purement festives ou relationnelles, par des membres du vaste réseau Facebook. Ceci montre que des moyens modernes de mobilisation existent et qu'elle sont à exploiter.

Or les positions vaticanes par rapport aux acquis de Vatican II touchent profondément l’opinion publique et suscitent un très net changement du paysage catholique français, ce dont témoignent les sondages d’opinion, voir notre article précédent. Ne serait-il pas temps de témoigner publiquement des propositions alternatives de nos mouvances chrétiennes libérales ?

"Faire Eglise autrement " est un thème partagé et débattu par plusieurs mouvements, notamment au sein de la Fédération des réseaux des parvis, laquelle réunit une cinquantaine de mouvements pour la plupart catholiques mais qui est ouverte à d’autres chrétiens (les unitariens en font partie, ainsi qu’un mouvement d’inspiration protestante).
Une application concrète sur " les parvis " d’églises pourrait avoir du succès.

En effet, si nos mouvances libérales ont des points faibles (effectifs insuffisamment nombreux, jusqu’à présent faible capacité de mobilisation, manque de renouvellement de leurs élites et donc vieillissement, disparition de mouvements locaux et nationaux qui s’essoufflent, etc.), elles disposent par contre de réseaux d’information multiples et bien pourvus d’adresses, également de sites et de blogs.

Elles ont aussi et surtout des choses à proposer avec la riche et originale expérience qu’elles ont de célébrations libres : la lecture des évangiles (une relation directe à Jésus sans langue de bois ou discours confessionnel), le partage de la parole où chacun peut prendre le micro et dire aux autres ce qu’il pense, ce qu’il croit, ce qu’il ressent (sur un parvis d’église, cela peut se faire AUSSI avec des passants qui s'arrêtent un temps), le partage du pain et du vin (jus de raisin pour certains) au nom de Jésus, là aussi sans exclusive avec invitation à tous, lectures de textes interpellant relatifs à l’actualité des Eglises, à l’avenir du christianisme, à la croyance en Dieu, etc.

En Belgique, des célébrations libres ont déjà eu lieu sur des places publiques, à l'initiative du réseau des Pavés (la Fédération "Pour une autre vie d'Eglise et de société"). Aux Etats-Unis, des congrégations unitariennes-universalistes ont invité le public à participer à la cérémonie des fleurs, lien.

Pour les mouvements catholiques contestataires, prendre ainsi l’initiative vaudrait mieux que de devoir sans cesse réagir à posteriori (et donc nécessairement avec un temps de retard) par rapport aux faits et gestes de la hiérarchie vaticane.

Rendez-vous donc sur les parvis d’église ! Je précise qu’il ne s’agit pas de faire cela à la sortie des lieux de culte, ce qui serait perçu comme de la provocation et diviserait l’opinion des croyants. Bien entendu, l’ambiance devra y être attractive, accueillante, positive, voir festive (eh oui, le culte est une fête en louage à Dieu !), et non point ronchonne et vindicative.

Evidemment une telle opération devrait se préparer longtemps à l’avance, avec acquisition de matériel sono, confection de banderoles, relations avec les journalistes locaux. Elle devrait aussi utiliser les ressources relationnelles des réseaux d’amis, entre autres Facebook - certains commentateurs ne nous prédisent-ils pas déjà que nos prochaines élections présidentielles se joueront sur ce réseau – ainsi que ceux de la blogosphère.

En tout cas, dans un monde de plus en plus sur-médiatisé, l’avenir est aux témoignages publics, aux actes symboliques partagés, aux rassemblements temporaires mais forts comme des points d’orgue, aux convictions dans le respect de la démocratie.

Ceci est un appel pour action afin de témoigner d'un christianisme moderne, ouvert, transconfessionnel et d'avenir. Contact pour tous ceux qui sont intéressés par cette perspective : pour l’instant le réseau de la Correspondance unitarienne en attendant qu’un collectif en prenne le relais.

Partager cet article
Repost0
11 février 2009 3 11 /02 /février /2009 07:29

POUR LE CONCILE, CONTRE L’INTEGRISME


[...] nous entendons résister à cette entreprise de reprise en main, intransigeante et réactionnaire à l’oeuvre au sein du catholicisme depuis près de 30 ans maintenant. Nous entendons également ouvrir des portes pour que s’invente un nouveau christianisme *, en référence dynamique au patrimoine reçu de la tradition évangélique. [...]
* ndlr - la mise en gras des caractères est le fait des Actualités unitariennes

Face à cette crise d’une gravité extrême, GoIias entend se situer dans une perspective critique certes mais dynamique et inventive. Nous aimons ce mot de Balzac : "J’appartiens à la résistance perpétuelle qui s’appelle la vie
". Golias entend donc résister et appelle à la résistance, contre toutes les formes d’intégrisme, de négationnisme et de fanatisme, contre la censure de la liberté de penser, de prier et d’aimer, contre la castration imposée aux clercs au nom d’une vision anachronique qui relève de l’Ancien régime et qui permet à toutes les perversités de s’y dissimuler de façon impunie, contre une vision cléricale de I’Eglise gangrenée par une soif de pouvoir qui n’a pas l’honnêteté de se reconnaître telle et qu’entretiennent de nombreuses frustrations.

A tous les niveaux, nous devons entrer en résistance spirituelle refuser par exemple que soit exclue de la communion eucharistique une personne qui refait légitimement sa vie dans une nouvelle union d’amour, appuyer un prêtre rejeté par sa hiérarchie parce qu’il vit avec une femme, ou un homme, diffuser les oeuvres de théologiens censurés et maltraités, dénoncer les mesures répressives, aborder sans prétention de détenir une vérité définitive les redoutables questions de la bioéthique qui touchent le début et la fin de l’existence, travailler pour exiger des réformes importantes dans le fonctionnement interne de l’Eglise où les droits de l’Homme sont piétinés, exiger de revoir la place sulbaterne réservée aux femmes pour des raisons théologiques non fondées, de même concernant la structure sacrale et cléricale de I’Eglise, avec en Pape roi à vie.

Ce combat s’enracine dans la foi en Jésus et en son Evangile, dont nous sommes persuadés qu’il a peu à voir avec la vision figée de la Tradition chrétienne. C’est précisément par attachement au Christ, à son Eglise (que nous sommes tous), à cette vie de grâce et d’amour, qui libère et rend plus audacieux, pour l’honneur d’un Dieu défiguré et blasphémé par ceux qui, en son nom, se montrent intolérants, sectaires et inhumains que nous engageons ce combat.

Golias - BP 3045 - 69605 Villeurbanne cedex, http://www.golias.fr

Les Actualités unitariennes vous invitent à signer ce manifeste sur le site de Golias

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2008 1 08 /12 /décembre /2008 13:04




02100 Saint-Quentin
: Librairie Siloë Cognet, 21 rue Victor Basch (03 23 62 72 89)
03000 Moulins : Librairie St Joseph, 5 rue Diderot (04 70 44 02 69)
05000 Gap : Librairie Alpine Siloé, 13 rue Carnot (04 92 51 15 05)
06000 Nice : La Procure Terre et Ciel, 10 rue de Suisse (04 93 88 30 93)
08000 Charleville-Mézières : La Procure A livre ouvert, 14 rue Irénée Carré( 03 24 56 19 30)
10000 Troyes : Librairie Chemin de Vie, 32 rue G. Clemenceau (03 25 73 23 77)
11000 Carcassonne : Librairie Siloë, 31 rue du 4 septembre (04 68 25 20 48)
13006 Marseille : Librairie Saint-Paul Siloë, 47 bd Paul-Peytral (04 91 15 77 77)
13100 Aix-en-Provence : Librairie Siloë Le Baptistère, 13 rue Portalis (04 42 38 01 97)
14000 Caen : Librairie Publica, 44 rue St-Jean (02 31 86 03 00)
17000 La Rochelle : Librairie Puits de Jacob, 14 rue Dupaty (05 46 41 05 35)
18000 Bourges : La Procure Bibliou, 91 rue Bourbonnoux (02 48 24 83 95)
21000 Dijon : La Procure, 9 rue Vauban (03 80 50 14 42)
22000 Saint-Brieuc : Librairie Siloë, 13 rue St-François (02 96 61 32 05)
25000 Besançon : Librairie Siloë, 119 Grande Rue (03 81 82 12 01)
27000 Evreux : La Procure Le Nouveau Monde, 21 rue Charles Corbeau (02 32 33 26 52)
29000 Quimper : Librairie la Procure, 9 rue du Frout (02 98 95 88 71)
30000 Nimes : Librairie Siloë Biblica, 23 bd Amiral Courbet (04 66 67 88 01)
33000 Bordeaux : Librairie Chante l'Univers, 177 rue Fondaudège (05 56 81 22 58)
34967 Montpellier : Librairie Sauramps, Le Triangle CS 19026 (04 67 06 78 78)
35000 Rennes : La Procure, 16 rue des Fossés (02 99 38 74 93)
37000 Tours : La Procure Le Sacré Cœur, 35 rue de la Scellerie (02 47 05 34 92)
38000 Grenoble : Librairie Notre-Dame, 2 rue Lafayette (04 76 42 38 3)
43000 Le Puy-en-Velay : Librairie Siloë Jeanne d'Arc, 18 rue Chaussade (04 71 04 07 19)
44000 Nantes : Librairie Siloë LIS Clemenceau, 2 bis rue Clemenceau (02 40 74 39 05)
45000 Orléans : La Procure Saint Paterne, 109 rue Bannier (02 38 53 97 03)
47000 Agen : Librairie La Sainte Famille, 2 bis rue Héros de Résistance (05 53 66 13 99)
49000 Angers : Librairie Siloë Richer, 6 rue Chaperonnière (02 41 25 50 00)
51074 Reims : La Procure Largeron, 13 rue Carnot BP 2106 (03 26 77 58 40)
53000 Laval : Librairie Livres et Compagnie – Siloe, 5 rue du Gal de Gaulle (02 43 59 11 53)
54000 Nancy : Librairie L. A. R., 42 bis cours Léopold (03 83 17 41 51)
56000 Vannes : La Procure St-Vincent, 17 place de Valencia (02 97 47 86 64)
58000 Nevers : Librairie Siloë La Source, 17 av. Gal de Gaulle (03 86 57 25 03)
59000 Lille : Librairie Tirloy, 62 rue Esquermoise (03 20 55 37 09)
59100 Roubaix : Librairie le Cep, 5 avenue Lebas (03 20 73 91 56)
60000 Beauvais : La Procure Visage,s 101 rue de la Madeleine (03 44 45 66 11)
62200 Boulogne-sur-Mer : Librairie du dernier sou, 1 avenue Général de Gaulle (03 21 31 88 33)
63000 Clermont-Ferrand : La Procure La Treille, 1 place de la Treille (04 73 91 64 63)
64000 Pau : Librairie Saint-Joseph, 2 place de la Libération (05 59 11 03 08)
66000 Perpignan : Librairie Siloë L'Ermitage, 11 rue Bastion St-François (04 68 34 79 33)
67000 Strasbourg : Librairie Oberlin, 22 rue Division Leclerc (03 88 32 45 83)
68000 Colmar :Librairie Hartmann, 20 Grand Rue (03 89 41 17 53)
69002 Lyon : La Procure LEO, 9 avenue Henri IV (04 78 37 63 19)
71100 Chalon-sur-Saône : Librairie Siloë-Chatelet, 23 rue du Chatelet (03 85 48 07 19)
72000 Le Mans : Librairie Siloë Saint-Julie,n 38 bis place Comtes du Maine (02 43 87 53 16)
74000 Annecy : La Procure le Vieil Annecy, 3 rue Jean-Jacques Rousseau (04 50 45 25 95)
75006 Paris : La Procure, 3 rue de Mézières (01 45 48 20 25)
76000 Rouen : La Procure Le Nouveau Monde, 54 rue Grand Pont (02 35 70 65 93)
78000 Versailles : Librairie Siloë CLR, 16 rue Mgr Gibier (01 30 97 67 90)
80004 Amiens : Librairie Siloë Evrard, 6 rue Albert-Dauphin (03 22 91 61 80)
81000 Albi :Librairie Siloë Les Trois Sources, 33 rue Hôtel de Ville (05 63 49 74 71)
82000 Montauban : Librairie Siloë, 15 place Roosevelt (05 63 20 66 14)
85004 La Roche-sur-Yon : Librairie Siloë, 58 rue Mal Joffre (02 51 37 38 81)
86000 Poitiers : La Procure Saint-Hilaire, 64 rue de la Cathédrale (05 49 01 71 74)
88000 Épinal : Librairie Siloë Panorama, 88 4 place de la Gare (03 29 82 54 96)
91000 Évry : La Procure, 4 place de l'Yerres( 01 60 77 66 22)
92100 Boulogne : La Procure, 263 bd Jean-Jaurés (01 46 20 04 20)

 


http://www.temoignagechretien.fr/journal.php?ref=kiosque
Partager cet article
Repost0

Articles Récents