Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rechercher

Archives

14 mai 2007 1 14 /05 /mai /2007 08:29

Le malaise est grandissant au sein de l’Eglise catholique romaine. Des prêtres, des sœurs, des laïcs, très attachés à leur Eglise, à leur culture catholique, au sens du sacré qui s’y est développé, sont désemparés par l’immobilisme voulu par Rome alors que le concile Vatican II avait soulevé tant d’espoirs. Ils ont mal à leur Eglise comme les communistes eurent mal à leur parti lorsqu’ils comprirent la collusion de celui-ci avec le stalinisme. Cette fidélité se respecte car elle est profonde et touche aux entrailles. Devant cette souffrance, il est vain d’inviter au changement de bergerie (car, enfin, s’il y a un seul berger, Jésus, il existe depuis belle lurette plusieurs bergeries !).

Le mal est profond, car il semble lié au degré de centralisation, de type monarchique, qui est celui de l’Eglise catholique romaine. Par exemple, ce " mal à son Eglise " n’est pas du tout vécu de la même façon chez les protestants, alors qu'ils connaissent pourtant eux aussi une certaine tension interne entre conservateurs et progressistes. Ils ont des synodes régionaux et nationaux pour en débattre et les " paroisses " sont autant d’églises locales où les laïcs dirigent un conseil presbytéral. Ce faisant, ils n’ont pas besoin d’attendre un concile ou une autorisation venue d'en-haut pour progresser, certes lentement afin de ménager le consensus au sein de leur Eglise, mais d’une façon continue – c’est la " Réformation " pour reprendre un terme qui leur est cher.

U---Canada--Ottawa--groupe-en-fran--ais.jpeg une bougie au creux d'une paume ouverte comme représentation du calice des unitariens, image choisie par le Groupe francophone de la communauté unitarienne-universaliste d'Ottawa (Canada). Chaque communauté ou groupe se choisit ainsi un logo pour s'identifier.

 

 

Dans l’affaire, ce sont les unitariens qui sont les plus heureux : pas de hiérarchie sur le dos, pas de dogme à respecter, la liberté de penser vivement encouragée, l’indépendance de leur communauté nettement affirmée, se rattachant aux autres sur la base du seul volontariat, la possibilité de créer une nouvelle communauté sans que les autres ne crient à la dissidence, etc.

Alors que l’Eglise catholique romaine déclare des bienheureux et des bienheureuses (en grand nombre par les temps qui courent) – mais seulement après leur mort - , c’est de leur vivant que les unitariens veulent avoir la joie de louer Dieu au sein de communautés fraternelles !

Les unitariens aiment leurs Eglises historiques (en Roumanie, en Hongrie, en Grande-Bretagne, aux Etats-Unis). Ils en sont fiers, très fiers.

Ils n’en reçoivent aucune directive, aucun ordre, aucun commandement ; et, réciproquement, ils n’exercent aucune pression sur elles pour que celles-ci prennent position pour ceci ou pour cela. Comme la famille, la communauté religieuse est un lieu d’épanouissement où chacun respire en toute liberté, se sente aimé et aidé dans son propre itinéraire intellectuel et spirituel. On n’a pas à lui rabattre les oreilles avec des discours théologiques plus ou moins sinueux, des sermons à n’en plus finir, des cours de morale sexuelle, ou encore lui dire ce qu’il faut voter ou ne pas voter …

Les prises de position doivent être proclamées en d’autres lieux, au sein d’associations militantes (unitariennes et autres), de partis politiques, de groupes de pression, etc. L’engagement est non seulement important, mais nécessaire ; toutefois, contrairement au tout politique qui est à la mode, ne confondons pas les espaces ...

Partager cet article
Repost0
28 mars 2007 3 28 /03 /mars /2007 18:20

dessin de Ghertman publié dans Le Canard enchaîné du 21 mars 2007 : il faut désormais y ajouter le "non" aux francs-maçons !

 

Le Vatican, prenant la relève de Nikita Khrouchtchev célèbre pour son " niet " au pire temps de la Guerre froide, vient de dire " non " aux francs-maçons qui ne lui demandaient pourtant rien !

Lu dans Le Figaro du 5 mars 2007 :

L'appartenance à la franc-maçonnerie et à l'Eglise catholique est incompatible ; a rappelé, vendredi à Rome, un responsable du Vatican, Mgr Gianfranco Girotti, régent du Tribunal de la pénitencerie apostolique. Au cours d'une table ronde sur cette question, le prélat a souligné que " l'Eglise catholique a toujours critiqué la conception mystique propre à la franc-maçonnerie, la déclarant incompatible avec sa propre doctrine ". Il a dénoncé le " naturalisme rationaliste qui inspire ses projets et ses activités contre l'Eglise " et a mis en garde contre le " climat de secret qui la caractérise ". Ceux qui y appartiennent, a-t-il dit, " prennent le risque de devenir instrument de stratégie qu'ils ignorent ". Mgr Girotti a rappelé, avec la Congrégation pour la doctrine de la foi, que l?adhésion à une loge maçonnique " demeure interdite par l?Eglise ". Ceux qui contreviennent sont en état " de péché grave " et " ne peuvent pas " avoir accès à l'eucharistie " [fichtre !].

 

Le Vatican date manifestement d'une guerre ! Le 29 octobre 1974, chez un ami catholique, le Grand-maître du Grand Orient rencontrait, en toute discrétion, un évêque français, depuis devenu archevêque, afin d'établir (enfin) des relations positives.

Depuis 1987, un catholique de Toulouse, Paul Pistre *, envoie (par voie postale) au sein d'un réseau qui compte maintenant environ 150 personnes, une " Lettre aux catholiques amis des francs-maçons ", soit à ce jour 68 numéros à un rythme trimestriel et avec chaque fois au moins une dizaine de pages fort bien documentées.

* Paul Pistre, 7, rue du docteur Bernardbeig, 31100 Toulouse, tél. 05 61 40 40 96.

 

Ce réseau vient de fêter ses 20 ans par un colloque qui s'est déroulé à l'Institut catholique de Toulouse, les 2-3 mars, avec la participation du jésuite Ferrer Benimeli, professeur d'université à Sazagosse et reconnu unanimement comme l'un des meilleurs connaisseurs de la franc-maçonnerie (conférence publique sur, précisément, " Le Vatican et la franc-maçonnerie "), et du dominicain Jérôme Rousse-Lacordaire, auteur de " Rome et les francs-maçons, B.A. BA de l'antimaçonnisme " et " Jésus dans la tradition maçonnique " (avec la préface de Mgr. Doré. Manifestement, le Vatican est en retard, aussi, par rapport à ses propres administrés !

 

Les associations unitariennes, s'honorent quant à elles, d'avoir en leur rang, à titre personnel, un certain nombre de francs-maçons. Ils y apportent leur sens de l'ouverture théologique, du dialogue, des études. Ils y sont les bienvenus. La Correspondance unitarienne (voir nos liens), à la Une de son n° 15, du mois de février 2003, avait publié une " Lettre aux maçons amis des unitariens ".

Partager cet article
Repost0

Articles Récents